MonInChina Tome 2 : HuangShan

Salut c’est encore nous-autres avec nos lunettes.

On part à HuangShan. Pis on va être ben impressionnées.
C’est Moni qui fait les photos de fous malades. Moi je dis des conneries (longtemps).

Chapitre 2 : HuangShan, la montagne ben-ben-ben sauvage!
Impressionnées… Tout d’abord du train de type K, de nuit, 12 heures de bonheur.
Ça coûte 100$ chacune, aller-retour, et nous épargne les frais d’une nuit d’auberge…
J’avais déjà pris un train K avec Julie, pour Xi’An,

mais celui-là a fait un effort particulier.
..

Ça’a l’air propre non… Le Train… miam-miam…
Les murs sont collants, les couvertures des couchettes neigent,
les vieux crachent, et je floche quelques autres commentaires sauf un :
Le gars du troisième lit du haut pue tellement des pieds
que notre voisine de cabine, Chinoise, se met du Tiger Balm sous le nez.

Monica -Ça sent les pattes…
Ming -Les pâtes? Au parmesan?
Monica a rêvé d’affaires qui puent.

On arrête à plusieurs stations.
Au milieu de la nuit, deux méchants protagonistes entrent sans billet
-ça arrive [de moins en moins] en Chine, ça s’appelle faire BuPiao (pas billet) :
tu te présentes avec un vieux billet et tu payes rendu dans le train.
…Le charmant employé du train se transforme en Hulk. Des dingues.



C’est joli, Tunxi

Enfin descendues du Crazy Train avec le même QI que Ozzy Osbourne.
Il fait 4200 degrés, comme à Shanghai, mais l’air est plus propre.
On se sauve des rapaces de gare, on trouve notre auberge, on se promène toute la journée.

.
.
.
On tombe sur quelques jambons qui suintent autant que nous.

On ne s’achète pas de popsicle au blé d’inde.
(En avez-vous aux pattes de poules??)

Il y a des set-up un peu partout pour Moni :

.
..
.

Petite promenade nocturne avant d’aller s’évanouir,
demain on sera sur nos pattes à l’heure des mangeurs de pattes de poules.

En chemin vers HuangShan (Montagne Jaune)
Départ en bus de l’auberge à 6h10am.
Un autobus, deux autobus, un imbécile qui fait la narration à pleine tête avec un micro.
(Arrête. C’est le matin. On ‘veut pas le savoir.)

Quatre heures d’attente pour le téléphérique, parce qu’on s’en va très très haut,
avec sac-à-dos aux épaules, 8400 degrés cette fois, et même avec de la crème solaire 30…

.
À se sentir comme…                                                           Et à avoir l’air de…


Vous voyez, là-bas, le début de la file, dehors?

Ça fait un moment hein, de tout ça. Mais rassurez-vous ce n’est pas déjà fini, vous pouvez encore en profiter.

Ici, comme toujours,
on ne fait pas vraiment la file -même si ça s’améliore : on fait plutôt la boule…

Heureusement qu’il y a des rampes.

Quand il n’y a plus de rampe, on se croirait dans un moulin à viande.
Il y en a un qui pète sa coche. Ça squeeze ça skouiche, ça fait du jus d’humains…

Enlève le mot “maintenance” de ta tête. Tu y repenseras plus tard.

En haut, enfin!
Il fait à peine 20 degrés, l’air est pur et les oiseaux jouent à aller toucher les bourrasques d’oxygène.
Nos voisins de file nous saluent comme si on avait gardé les cochons (qui suintent) ensemble.
Ah l’intimité des files, c’est vrai que ça tisse des liens solides (courage, fuyons!).


.

Qui a appelé du St-Hubert?? J’pense laisser faire le poulet à soir...

À HuangShan, un lit de dortoir coûte le même prix qu’une chambre à Tunxi. Un lieu merveilleux…
Courage, re-fuyons! Soleil, vertige, et look de crevette potentiel!
.
.

Le soir, on fait des étirements de filles au futur courbaturé.
Quelques curieux ont appris les techniques de Moni.

4:30am. Réveil général du dortoir. On s’en va voir le lever du soleil.
Il fera autour de 10 degrés. C’pour ça que le monde se loue des coats d’hiver à l’hôtel.

Notre voisine aux tendances cliniques amène des couvertures du dortoir…
Bref on aurait dû amener nos raquettes.


On sort des escaliers battus, parce qu’on a d’autres photos de nos amis et eux aussi…

Si tu aimes le soleil crie plus fort! Ça’a l’air d’être des tradition d’ici!
Non sérieux, au retour, j’ai jasé avec un de mes amis qui est aussi allé à HuangShan,
et j’ai mentionné cette célébration matinale
consistant à hurler à chaque fois que le soleil ouvre l’oeil un peu plus grand.
Il m’a dit “ah oui c’tait le fun ça le trip de matin tribal”.
Il a meilleur caractère que moi aux aurores, je pense.

Ou comme le disait (probablement) un grand penseur chinois :
“Il faut savoir apprécier l’instant présent (donc tais-toi)”. Allez, sans rancune.

On les a quand-même trouvés cute dans leur genre,
alors maintenant quand on voit le soleil on lâche un bon wak en souvenir…

Photo absolument absolue, bravo Moni!

Et pour celles-là aussi, moment croqué sur le soleil entre deux bancs de brume,
où la montagne jaune porte réellement son nom…

.

Bon matin tout le monde,
je vous laisse avec une ombre chinoise de Moni au point du jour!

Becs de poules,
Mu xxx

Un petit mantra avec ça? Inti_Bia

 

 

 

MonInChina Tome 1

Monica, ma Mexiquébécoise, s’est retrouvée en ville pour trois semaines.
Donc en Chapitre 1, on a fait des affaires de ville comme…


Comme par exemple avoir l’air en parfaite condition mentale
à jouer dans un faux arbre de Nowel avec Peishan.


….

.
Comme par exemple aller voir ce qu’il y avait de bon à souper ‘à soir au marché.

.
…Comme par exemple aller souper en gagne mais pas avec le stock du marché,
avec (tour de table de droite à gauche) Addy, Alex, Rick, Ariane, Ben pis Manu…


En fait, avec son oeil tout neuf, elle me faisait redécouvrir la ville, La Moni :
.
.

.
...


Un après-midi, Addy nous a invitées à son hôtel
pour aller faire de la piscine, du sauna et plein d’autres affaires tristes.

Devant son hôtel, la sculpture…

Un prof d’histoire de l’art a un jour raconté en classe que selon la légende,
Michel-Ange se faisait livrer ses blocs et puis restait là, assis à côté –jusqu’à ce que le “marbre lui parle”.
Concluons que ces garnottes ont exprimé à l’artiste :
“Envouèye ‘fais pas ton cheap, pis fais de moi une sacoche!”…

Ici les gars traînent souvent le sac de leur blonde. C’est lourd ton stock, chérie.

…..Étant donné ses origines,
Moni est un peu difficile à impressionner sur certains trucs,
par exemple pour le nombre de personnes autour de nous (Mexico est aussi une bombe de populace!),
ou bien pour manger des affaires bizarres au Street-BBQ du coin (been there done that)!
Mais moi-là, curer des ongles de moéneau avec mes dents, là…
Ark… J’aime pas ça les pattes de poules.

C’est juste que le vieux du BBQ a décidé que…

Aaaaaaarrrrrrkkkk!!!….Mais bon, ça se mange quand-même il paraît.
……………
Je disais donc, une Moni dépaysée mais pas trop,
sauf escapade à la Montagne Jaune, thème de plusieurs aquarelles chinoises.

Là, on a été toutes les deux ben impressionnées.

On vous conte ça dans pas long avec les images de Moni!


Roumain xxx

Il pleut bergère!

Il pleut!

Un peu… beaucoup… passionnément…

à la folie!

 

Il vente!

vers la gauche… vers la droite… de face… d’en arrière… d’en haut…

d’en bas!

 

Bref… c’est le typhon qui passe à 145km d’ici et qui fait virevolter les parapluies!

Tout va bien mise à part qu’on est mouillé!