TWO NIGHTS IN BANGKOK (1 de 3)

 


…Ben oui, Murray Head n’a rien compris, c’est deux nuits, pas une.
Et j’ai divisé l’article en trois pour parler de quatre places en cinq stations,
juste pour continuer sur la lancée de cette irréprochable logique…?

Ok alors tant qu’à bien faire, on part la toune?
(cliquez sur le +)
Murray Head – One Night In Bangkok

Donc ça commence par Le Rick et La Ming
partis un 23 mai à 5h du mat sous la petite pluie frette
pour aller à l’aéroport de Pudong, Shanghai…

…Pour arriver à Suvarnabhumi (à vos souhaits), Bangkok,
sur la fin de l’après-midi à 40 degrés…
on a compris assez vite qu’il nous faudrait marchander à mort.
Bangkok s’appelant comme elle s’appelle, on a surveillé nos arrières…

Mords-y une dent!!

…L’unité de monnaie Thaï, c’est le Baht,
alors on a passé notre vie à changer des dollars (ou des Yuan)
en chauve-souris
-charmant petit animal maringouin-vore qui nous a cruellement manqué durant notre séjour
-nous comprenons d’ailleurs pourquoi elles sont un signe de chance dans la culture asiatique…


Première station :

La rue piétonne Khao San à Bangkok, marché à ciel ouvert,
repère des hippies et voyageurs tatoués à outrance,
des coquerelles, des rats, des chats,
et de plein de d’autres choses que je n’ai pas vues mais elles oui,
bref un endroit festif et bruyant où se cachait notre auberge de jeunesse.
(La photo ne dépeint pas tellement cette effervescence, mais bon, c’est la seule qu’on a prise…)

La faune et la flore :
Là-bas, les coquerelles stéroïdées
n’ont aucune crainte même quand tu tapes du pied par terre.
On en a même vu une en train de se sauver dans le caniveau
en transportant un mégot de cigarette… Ah ben oui, des cafards fumeurs….
Ou tabac-vore, on ne sait plus trop, et on va continuer à cultiver notre ignorance en toute impunité.

À un moment donné on est passé par une petite ruelle
où quelques rats gambadaient gaiement parmi les chatons.
Ils étaient de la même grosseur. Pauvre minou(s).


N’oubliez pas de tenir vos arbres en laisse, pas de forêt en cavale chez-nous!
Vous pouvez même mettre un couple de Bouddhas devant pour les guetter si vous n’êtes pas sûrs.
Vous serez tenus responsables si votre arbre mord un passant.

Modérons nos transports :

Tuk-Tuk :
Oui, entrez?
Un “touk-touk”, c’est un taxi-moto (souvent un trois-roues)
qui a le culot de tirer une charrette (à auvent) avec son moteur de tondeuse
et de conduire dans le trafic avec une attitude de pick-up, de Land-Rover, de dix-roues,
de super turbo tracteur de monocle Gérard, bref ça brasse son touriste, yé!

Assaisonner au goût et laissez négocier pendant une demi-heure, servir sous climat brûlant.
À 40 degrés, on est très d’accord d’avoir le vent dans la face
et de se ramasser avec plein de crasse de rue dans nos barniques.

Se méfier du tuk-tuk qui veut t’amener chez le tailleur ou voir des pierres précieuses,
sauf s’il te dit qu’il veut juste son estampe de visite pour avoir ses bons-rabais d’essence,
et qu’il te promène dans Bangkok tout le reste de la journée pour 30 chauve-souris
(au lieu d’essayer de te faire payer 100 Bahts pour une seule course, par exemple).

TukTuk

 

Se faire mener en bateau
L’autre option pour faire le tour de la ville,
c’est de voguer en bateau sur les rivières grouillantes de reptiles. Oui-oui.
Et on adore ça. Bon, sauf pour l’indécrottable atmosphère d’attrape-touristes…

…Ah, comme c’est relaxant une petite balade sur les rivières de Bangkok,
les locaux en chaloupe viennent t’accoster
pour te vendre un paquet de flagosses disparates pas rapport,
j’ai donc le regret de vous annoncer que je n’ai pas acheté
un éventail qui se transforme en chapeau qui a l’air tout aussi ridicule que vous l’imaginez.
(Dommage que la photo ne témoigne pas de ce fabuleux produit.)

Ah tiens, une pisciculture,
20 Bahts pour descendre, et 200 autres pour nourrir les poissons.
Comme j’étais au même niveau qu’eux,
j’ai plutôt fait signe au gars de me garocher une poigné de moulée à la place.
Tant qu’à être fish……

Ceci dit, autant peuvent-ils être fatikkkants avec leurs 410 000 cochonneries,
autant la vue est splendide, ça ne finit plus d’être beau,
tantôt en toute magnificence, tantôt dans le charme des vieilles maisons sur pilotis.

Quoi de mieux que de remédier aux assauts de la chaleur tropicale
en se trouvant un petit spot confortable à l’ombre d’une couples de paires de fesses d’éléphants….?

Moins spectaculaire mais coloré à sa manière…


Charmant…

En passant je ne sais pas trop pourquoi j’ai pris un accent de matante aussi intense dans ce vidéo-là,
mais moi je dis que j’ai le droit de blâmer la gentille petite bestiole.
(Note à moi-même : laisser tomber la narration et juste filmer les choses.)

 


Quelques échantillons de notre journée….

Notre Rick international en train de vous concocter une vue 360 degrés
de ce “petit temple” qui doit être un moyen trouble à repeindre….

Ladite vue 360 :

La vue de dehors :
*
Autour de ces modestes petites bâtisses se concentre un nombre impressionnant de chats
qui sont venus saluer les tendances félines de notre Rick…

Tendances de chenapan qui se manifestent entres-autres par un peu de mise en abyme,
comme par exemple prendre des photos de MingMing qui prend des photos….
*

…Une famille ravissante et ses quelques gueules de porte-bonheur…
*
Hé que c’est plein d’épanouissement c’t’e beau sourire-là!
À moins que ça ne soit une campagne de sensibilisation sur les risques relatifs aux injections de silicone…

En tous cas j’en connais une autre plus bas qui est due pour une manucure…
(…Voir si ça se fait de conter des jokes de-même,
quand t’auras notre âge il ne te restera même plus assez de face pour pouvoir en rire, ma p’tite fille!)

Shed à louer…

Le très branché comité de santé et sécurité au travail……….

…..et le pont duquel se jeter à l’eau
si la première tentative n’a pas été couronnée par les flammèches d’un succès électrisant…

Bon alors c’est le fun, mais finalement on va aller s’éffouérer dans le China Town
où la cuisine-fusion sino-thaï des BBQ de rues est excellente et abordable…

Hé qu’on se sent donc chez-nous quand on pogne une gagne de salmonelloses
en train de suinter tout leur petit jus en plein air dans la joie et l’allégresse…

La suite bientôt,
même coquerelle-heure, même chauve-souris blog!!

Signé votre gagne de sino-pathes sur un trip de live and let Thaï!! xxx


*