TWO NIGHTS IN BANGKOK (2 de 3)

Don’t miss the return of the nous-autres
en train de se pitcher de Bangkok à Phuket,
pour pogner le bateau qui va nous swigner direct à Ko Phi Phi!

…Nice Freesbie!


En chemin vers l’aéroport de Bangkok,

le super-taxi-sympathique nous a montré comment singer l’accent Thaï en anglais.

En gros il faut finir toutes les phrases avec un
” Aaaââannnnnnnhhh’ ” alloooongé aussi nasillard que possible.

Ça nous a rappelé le cri du porc-épic d’Amérique
(mais c’est peut-être un peu tiré par les épines?).

Notez que si le conducteur du tax n’est pas sur la photo
c’est parce qu’il s’est stationné entre deux bretelles d’autoroute
pour aller s’occuper des siennes,
cause envie pressante.

…Non, ça ne me stresse plus ces affaires-là
depuis que j’ai déjà été à bord d’un véhicule qui reculait sur une autoroute shanghaiyaise.

Leçon d’accent Thaï :
Le cri du porc-épic d’Amérique (cliquez sur le + et non sur l’hyperlien) :
Le Porc-Épic d’Amérique (avec un accent Thaï)


…Nous disions donc…
Deuxième station :

Ko Phi Phi.
Ko pour île, et le reste se prononce pipi, tant pis.

…On est à Hawaï version Thaï avec des taxi-boats qui ont des moteurs de proto-Jeep.
C’est la basse saison, on en manquera pas.
[Calmez-vous, au pire ça se nage -mal-
à la marée basse, dans moins d’un pied d’eau sur certaines berges
évidemment peuplées de coraux morts capables de percer tes palmes…been there done that.]


Beaucoup d’occidentaux ont élu domicile sur ce petit coin de paradis
où ça sent le gêne de pirate, le nomade, le gypse,
je n’ai jamais vu autant de tatouages en Asie.
(À Shanghai, il y a un salon de coiffure tous les deux mètres, ici, c’est des tatoueurs…)
Donc les blancs travaillent dans les boutiques de plongée
et vendent des tours de scuba-diving, de snorkeling, louent le matériel,
alouette, tu vas “pleumer”!

….Parce qu’un petit dos blanc qui flotte en surface de la mer……

Déjà qu’on était un peu cramés en partant de Bangkok… ben surtout moi, Rick avait juste l’air d’un toffee…
Si tu aimes le soleil mets d’la crème,

si tu aimes le soleil frappe ailleurs (ayoye! pas là non-plus!)….

En attendant, mon vieux Rick a ses cartes de plongée mais moi je ne sais que flotter…
Alors si on s’achète un forfait, c’est pas mal ça qu’on va se retrouver à déclarer…

Solution saline?
Ben comme ze-Rick-zonne-the-biche connaît le matériel,

on est allé s’acheter un kit de palmes-masque-tuba,
et on a décidé qu’on snorkelait à notre guise.
(Si tu aimes le soleil….)

…Bienvenue dans le plus gros aquarium de poissons tropicaux possible,
un pet-shop grandeur nature comme dans c’est pas petit ici,
concombres de mer, pique-nique de clowns, bref une grosse gagne de crudités…
…Ponctuées d’oursins aux longs cils noirs balayant des yeux ultra violets.
…Accès de poésie cosmétique :
Nouvelle gamme de mascara Dior waterproof : “Regard ondulant assorti à votre Poison”…

Notre buffet de sushi baignait dans une eau turquoise pétant,
cristalline à en faire feeler cheap toutes les bouteilles de Windex que je connais.

Allô. La. Mer.

…Bon écoutez on n’avait pas de caméra sous-marine,

alors j’ai pigé l’exemple suivant sur le web juste pour vous donner une idée.

Je pense que Rick a bien dû prendre deux grosses minutes

avant de me dire qu’il n’avait jamais vu autant de poissons.
C’est sûr que les party de morues doivent être rares
quand tu plonges sous glace au Québec……………..
…Non mais il faut ‘tu être malade pour aller se geler en-dessous d’une patinoire,
“Bonjour je m’appelle Carine et je me tiens avec des psychopathes”.
Et en parlant de psychose……..

La faune et la flore (la grande visite)
Ok, si vous êtes cardiaque, prenez-donc une p’tite pilule mauve avant de visionner ça.
Non, je ne vous dirai pas pourquoi, c’est une surprise… pour vous aussi.
La Grande Visite
Évidemment j’ai encore pris un ton de mongole -du genre classe de maternelle…
Et Rick a fait exprès de me surprendre
-pour un p’tit punch final, on ne sait jamais ça aurait pu manquer d’action?

…J’ai juste eu peur qu’elle me saute à la gueule
(que j’aurais mieux fait de garder fermée pour l’occasion),

mais rassurez-vous, notre amie bien vivante est partie se cacher en-dessous du lavabo,
un endroit sombre, agréable et réconfortant.

Quand le pauvre crapaud sans défense est sorti du drain durant ma douche
(en tassant la petite plaque de métal à égoutter),
je l’ai un peu reçu avec un jet d’eau gentiment hystérique
-parce que ce truc brun et visqueux me rappelait vaguement la visite de la veille…
Il est allé se cacher, traumatisé dans un coin, et n’a plus bougé de là -jusqu’à sa disparition.
À un moment donné ‘y’en avait deux, il a peut-être appelé des renforts pour un peu de soutien moral….

Alors, un petit retour sur notre bouillon de culture de base,
parce qu’on y a repensé rendu là… Welcome to Joe’s Apartment!


Welcome to Joe’s apartment,
It’s our apartment too
We’ve been around for a hundred billion years
And we’ll be here long after you!
[…]
We’re so glad that you’re our guest
Come on in we’re all undressed!
Joe’s apartment we welcome you!

Continuons sur ces reposants petits échantillons de notre séjour…


Bienvenue au biodôme…

Ou peut-être pas si bienvenue que ça finalement…
*
Pour l’araignée, rien à faire, le focus ne se faisait pas bien et on ne voulait pas s’en approcher davantage
parce qu’on sait tous qu’un joli petit ani-mal inconnu, beau et coloré, c’est rarement commode.

Le Ma Ney Resort de son côté marque des points d’originalité pour son accueil dans le bardas,
surtout avec la mention “Come here please” sur la pancarte…

J’adore les mini-temples pour Barbies Thaï en arrière-plan…


Merci à l’auteur de ce graffitos pour son éloquent commentaire…. en jaune… “Poo Garden”.

Sinon je connais un Ganesh qui s’est tanné de se faire dire “Je vais prendre votre défense”,
il a donc décidé de faire ça lui-même comme un grand. Ça sent le petit éléphant la corne cassée….
*
En chemin vers le belvédère en avant-midi avec l’impression d’être à broil dans un BBQ, c’est… gratiné!

Mais pas autant que la vue…….

Par contre j’aimerais bien que la guêpe 747 me lâche pendant que je m’extasie…
J’ai une idée, je te laisse sniffer mon sac jusqu’à temps que tu te tannes ok…..

Bon ben c’est assez long comme ça là,
rendez-vous la semaine prochaine pour d’autres séquences insupportables de monde qui crie.
Ben non c’est des jokes, je n’en ai pas d’autres de même…

Signé le tofee-psychopathe et la castafiore-crevette ainsi que tous leurs animaux domestiques…

TWO NIGHTS IN BANGKOK (1 de 3)

 


…Ben oui, Murray Head n’a rien compris, c’est deux nuits, pas une.
Et j’ai divisé l’article en trois pour parler de quatre places en cinq stations,
juste pour continuer sur la lancée de cette irréprochable logique…?

Ok alors tant qu’à bien faire, on part la toune?
(cliquez sur le +)
Murray Head – One Night In Bangkok

Donc ça commence par Le Rick et La Ming
partis un 23 mai à 5h du mat sous la petite pluie frette
pour aller à l’aéroport de Pudong, Shanghai…

…Pour arriver à Suvarnabhumi (à vos souhaits), Bangkok,
sur la fin de l’après-midi à 40 degrés…
on a compris assez vite qu’il nous faudrait marchander à mort.
Bangkok s’appelant comme elle s’appelle, on a surveillé nos arrières…

Mords-y une dent!!

…L’unité de monnaie Thaï, c’est le Baht,
alors on a passé notre vie à changer des dollars (ou des Yuan)
en chauve-souris
-charmant petit animal maringouin-vore qui nous a cruellement manqué durant notre séjour
-nous comprenons d’ailleurs pourquoi elles sont un signe de chance dans la culture asiatique…


Première station :

La rue piétonne Khao San à Bangkok, marché à ciel ouvert,
repère des hippies et voyageurs tatoués à outrance,
des coquerelles, des rats, des chats,
et de plein de d’autres choses que je n’ai pas vues mais elles oui,
bref un endroit festif et bruyant où se cachait notre auberge de jeunesse.
(La photo ne dépeint pas tellement cette effervescence, mais bon, c’est la seule qu’on a prise…)

La faune et la flore :
Là-bas, les coquerelles stéroïdées
n’ont aucune crainte même quand tu tapes du pied par terre.
On en a même vu une en train de se sauver dans le caniveau
en transportant un mégot de cigarette… Ah ben oui, des cafards fumeurs….
Ou tabac-vore, on ne sait plus trop, et on va continuer à cultiver notre ignorance en toute impunité.

À un moment donné on est passé par une petite ruelle
où quelques rats gambadaient gaiement parmi les chatons.
Ils étaient de la même grosseur. Pauvre minou(s).


N’oubliez pas de tenir vos arbres en laisse, pas de forêt en cavale chez-nous!
Vous pouvez même mettre un couple de Bouddhas devant pour les guetter si vous n’êtes pas sûrs.
Vous serez tenus responsables si votre arbre mord un passant.

Modérons nos transports :

Tuk-Tuk :
Oui, entrez?
Un “touk-touk”, c’est un taxi-moto (souvent un trois-roues)
qui a le culot de tirer une charrette (à auvent) avec son moteur de tondeuse
et de conduire dans le trafic avec une attitude de pick-up, de Land-Rover, de dix-roues,
de super turbo tracteur de monocle Gérard, bref ça brasse son touriste, yé!

Assaisonner au goût et laissez négocier pendant une demi-heure, servir sous climat brûlant.
À 40 degrés, on est très d’accord d’avoir le vent dans la face
et de se ramasser avec plein de crasse de rue dans nos barniques.

Se méfier du tuk-tuk qui veut t’amener chez le tailleur ou voir des pierres précieuses,
sauf s’il te dit qu’il veut juste son estampe de visite pour avoir ses bons-rabais d’essence,
et qu’il te promène dans Bangkok tout le reste de la journée pour 30 chauve-souris
(au lieu d’essayer de te faire payer 100 Bahts pour une seule course, par exemple).

TukTuk

 

Se faire mener en bateau
L’autre option pour faire le tour de la ville,
c’est de voguer en bateau sur les rivières grouillantes de reptiles. Oui-oui.
Et on adore ça. Bon, sauf pour l’indécrottable atmosphère d’attrape-touristes…

…Ah, comme c’est relaxant une petite balade sur les rivières de Bangkok,
les locaux en chaloupe viennent t’accoster
pour te vendre un paquet de flagosses disparates pas rapport,
j’ai donc le regret de vous annoncer que je n’ai pas acheté
un éventail qui se transforme en chapeau qui a l’air tout aussi ridicule que vous l’imaginez.
(Dommage que la photo ne témoigne pas de ce fabuleux produit.)

Ah tiens, une pisciculture,
20 Bahts pour descendre, et 200 autres pour nourrir les poissons.
Comme j’étais au même niveau qu’eux,
j’ai plutôt fait signe au gars de me garocher une poigné de moulée à la place.
Tant qu’à être fish……

Ceci dit, autant peuvent-ils être fatikkkants avec leurs 410 000 cochonneries,
autant la vue est splendide, ça ne finit plus d’être beau,
tantôt en toute magnificence, tantôt dans le charme des vieilles maisons sur pilotis.

Quoi de mieux que de remédier aux assauts de la chaleur tropicale
en se trouvant un petit spot confortable à l’ombre d’une couples de paires de fesses d’éléphants….?

Moins spectaculaire mais coloré à sa manière…


Charmant…

En passant je ne sais pas trop pourquoi j’ai pris un accent de matante aussi intense dans ce vidéo-là,
mais moi je dis que j’ai le droit de blâmer la gentille petite bestiole.
(Note à moi-même : laisser tomber la narration et juste filmer les choses.)

 


Quelques échantillons de notre journée….

Notre Rick international en train de vous concocter une vue 360 degrés
de ce “petit temple” qui doit être un moyen trouble à repeindre….

Ladite vue 360 :

La vue de dehors :
*
Autour de ces modestes petites bâtisses se concentre un nombre impressionnant de chats
qui sont venus saluer les tendances félines de notre Rick…

Tendances de chenapan qui se manifestent entres-autres par un peu de mise en abyme,
comme par exemple prendre des photos de MingMing qui prend des photos….
*

…Une famille ravissante et ses quelques gueules de porte-bonheur…
*
Hé que c’est plein d’épanouissement c’t’e beau sourire-là!
À moins que ça ne soit une campagne de sensibilisation sur les risques relatifs aux injections de silicone…

En tous cas j’en connais une autre plus bas qui est due pour une manucure…
(…Voir si ça se fait de conter des jokes de-même,
quand t’auras notre âge il ne te restera même plus assez de face pour pouvoir en rire, ma p’tite fille!)

Shed à louer…

Le très branché comité de santé et sécurité au travail……….

…..et le pont duquel se jeter à l’eau
si la première tentative n’a pas été couronnée par les flammèches d’un succès électrisant…

Bon alors c’est le fun, mais finalement on va aller s’éffouérer dans le China Town
où la cuisine-fusion sino-thaï des BBQ de rues est excellente et abordable…

Hé qu’on se sent donc chez-nous quand on pogne une gagne de salmonelloses
en train de suinter tout leur petit jus en plein air dans la joie et l’allégresse…

La suite bientôt,
même coquerelle-heure, même chauve-souris blog!!

Signé votre gagne de sino-pathes sur un trip de live and let Thaï!! xxx


*